# Santé
Le salarié souhaitant participer aux essais cliniques des vaccins anti-Covid 19 peut-il bénéficier d'autorisations d'absence ?

L’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a lancé le jeudi 1er octobre dernier un appel à volontaires pour participer à des essais cliniques de candidats vaccins.

Les volontaires retenus seront ainsi soumis à un certain nombre d’examens, se verront injecter un candidat vaccin ou un placebo, resteront en observation pendant une durée variant de 30 minutes à 4 heures, puis feront l’objet d’un suivi dans des centres hospitalo-universitaires à travers le pays. Ce suivi prendra alors la forme de visites médicales quotidiennes pendant la première semaine suivant l’injection du vaccin ou du placebo, puis d’une visite hebdomadaire pendant un mois.

Ils continueront ensuite à être suivis dans le cadre d’un programme de surveillance pendant un à deux ans.

De nombreux salariés désireux de participer à l’élaboration du vaccin tant attendu s’interrogent sur la compatibilité de ces essais avec leurs obligations professionnelles.

Cette situation relativement inédite est l’occasion de rappeler que les examens médicaux autorisant le salarié à s’absenter de son lieu de travail sont strictement limités par la loi.

Le Code du travail prévoit en effet des cas limités d’autorisation d’absence à l’égard de publics déterminés :

  • Les autorisations d’absence liées à la maternité :

Bénéficient d’autorisations d’absence :

  • Les femmes enceintes qui se rendent aux examens médicaux obligatoires de la période ;
  • La salariée en protocole de procréation médicalement assistée pour les actes médicaux nécessaires ;
  • Dans les deux cas, le conjoint salarié de la future mère, la personne salariée liée à elle par un Pacs ou vivant maritalement avec elle, bénéficie également d’une autorisation d’absence pour se rendre à trois de ces examens.

La durée de ces absences, incluant le temps d’examen mais également le temps de trajet aller-retour pour s’y rendre, ne doit faire l’objet d’aucune baisse de rémunération, et est même assimilée à du temps de travail effectif pour la détermination de la durée des congés payés ainsi que pour les droits légaux ou conventionnels acquis liés à l’ancienneté dans l’entreprise.

  • Les autorisations d’absence liées au suivi médical du salarié

Le temps nécessité par les examens médicaux auprès du service de santé au travail, est:

–  soit pris sur les heures de travail des salariés sans qu’aucune retenue de salaire ne puisse être opérée ;

–  soit rémunéré comme temps de travail normal lorsque ces examens ne peuvent avoir lieu pendant les heures de travail.

Outre leur assimilation à du temps de travail effectif pour les droits à congés payés et les droits liés à l’ancienneté, les examens médicaux auprès du médecin du travail, sont également pris en considération pour le décompte de la durée du travail, le calcul des heures supplémentaires et l’appréciation des durées maximales du travail.

Le temps et les frais de transport nécessités par ces examens doivent également être pris en charge par l’employeur.

Cette prise en compte joue aussi bien pour les examens de suivi périodique des salariés que pour les examens complémentaires ou pour les examens que doivent subir les salariés faisant l’objet d’un suivi médical renforcé (travailleurs de nuit, travailleurs handicapés…).

  • Les autorisations d’absence des salariés souffrant d’une maladie grave

En application de l’article L. 1226-5 du Code du travail, bénéficient d’autorisations d’absence pour suivre les traitements médicaux rendus nécessaires par leur état de santé les salariés souffrant d’une « maladie grave », telle que listée à l’article article L. 160-14 du Code de la sécurité sociale.

Il s’agit principalement des salariés souffrant d’une affection longue durée.

***

Les rendez-vous médicaux nécessaires à la participation aux essais cliniques de vaccins n’entrent donc dans aucune des catégories d’autorisation d’absence prévues par le Code du travail.

Or, en dehors de ces cas, un salarié n’a en principe pas le droit de s’absenter de son poste de travail pour se rendre à un examen médical, et son absence injustifiée, a fortiori si elle est répétée, pourra même être un motif de licenciement.

Dès lors, le salarié qui souhaite participer aux phases de test des vaccins anti-covid devra :

  • soit obtenir un arrêt de travail, ce qui semble peu probable, les essais n’ayant en principe pas vocation à le rendre souffrant, sauf éventuellement en cas d’effets secondaires indésirables justifiant un arrêt ;
  • soit décaler ses horaires, ce qui semble effectivement envisageable pour un salarié en forfait jours. Pour un salarié assujetti au respect d’horaires, il conviendra donc de recueillir l’accord de son employeur pour décaler ceux-ci.

Rappelons qu’il n’est pas interdit pour l’employeur souhaitant soutenir son collaborateur dans cette démarche de lui accorder une autorisation d’absence rémunérée afin de lui permettre de se rendre aux différentes visites nécessitées par le protocole sans que cela n’impacte sa rémunération.


le 08/10/2020

Articles du même auteur

Libertés & Droits Humains
Port de la barbe en entreprise : Effet de mode ou signe religieux ? Attention à la discrimination !
Réintroduite par les hipsters, portée par les acteurs, plébiscitée par les créateurs de mode, la barbe est de retour sous toutes les formes : barbe de trois jours, barbe très travaillée ou...
[Lire la suite]
Publié le 25/08/2020
L’accord conclu entre des entreprises qui reconnaissent l’existence entre elles d’une Unité Economique et Sociale n’est pas un accord interentreprises
La « loi travail » du 8 août 2016 a inséré dans le Code du travail les articles L. 2232-36 à L. 2232-38 consacrant ainsi la reconnaissance et les règles applicables aux accords...
[Lire la suite]
Publié le 12/03/2024
À qui attribuer des tickets-restaurants pendant la période de confinement ?
Les titres-restaurants ne peuvent être attribués aux collaborateurs que lorsque leur horaire journalier de travail comporte un repas. En application de l’article R. 3262-7 du Code du travail, un...
[Lire la suite]
Publié le 16/04/2020
Libertés & Droits Humains
Barème prud’homal : Rien ne va plus !
Depuis quelques mois, les divergences d’interprétation portant sur la conformité du barème prud’homal aux conventions internationales ne cessent d’agiter les prétoires.Contrairement au...
[Lire la suite]
Publié le 21/01/2019

Nos experts : Santé

...
Maylis HARAMBOURE
...
Justine GODEY
...
Juliette HALBOUT
...
Chrystelle DESCHAMPS
...
Nadia PERLAUT

Nos domaine d'Expertise

Dialogue social & relations collectives
Rémunération & Avantage sociaux
Santé

Organisation & bien-être au travail
Libertés & droits humains

Ethique & compliance