# Organisation & Bien-Être au travail
Est-il possible de ne pas octroyer de tickets-restaurants aux collaborateurs pendant leurs jours de télétravail ?
NON si l’on en croit le Tribunal judiciaire de Paris qui a considéré qu’une telle différence de traitement était injustifiée (TJ Paris, 30 mars 2021, n° 20/09805). Dans l’espèce, l’employeur justifiait notamment la différence de traitement au regard de la possibilité pour les télétravailleurs de disposer d’un espace personnel afin de préparer les repas. Le Tribunal estime cette justification insuffisante et considère que l’objet du titre-restaurant est de permettre au salarié de se restaurer lorsque son horaire de travail journalier comprend un repas. La condition qu'il ne dispose pas d'un espace personnel pour préparer celui-ci n’est, pour le Tribunal, pas exigée. Tant le Questions/Réponses du Ministère du travail que le Bulletin Officiel de la Sécurité Sociale partagent cette interprétation en considérant que « les télétravailleurs doivent bénéficier des titres-restaurant si les salariés travaillant sur site en bénéficient » (BOSS-AN-155 mis à jour le 25 juin 2021). OUI si l’on en croit le Tribunal judiciaire de Nanterre qui a, quant à lui, considéré que la situation des télétravailleurs et celle des salariés travaillant sur site qui n'ont pas accès à un restaurant d'entreprise et auxquels sont remis des titres-restaurant ne sont pas comparables et que la différence de traitement quant à cet avantage est justifiée (TJ Nanterre, Pôle social, 10 mars 2021, n° 20/09616). Le Tribunal de Nanterre estime que, dans l’espèce en cause, les salariés d'une UES placés en télétravail le sont à leur domicile et ne peuvent donc prétendre, en l'absence de surcoût lié à leur restauration hors de leur domicile, à l'attribution de titres-restaurant. Pour La Garanderie Avocats, la position du Tribunal judiciaire de Nanterre est susceptible d’être suivie par la Cour de cassation dans la mesure où elle apparaît cohérente tant avec la finalité des titres-restaurant telle qu'elle résultait de l'ordonnance n° 67-830 du 27 septembre 1967, qui présentait les titres-restaurant comme un « palliatif au réfectoire », mais aussi avec la jurisprudence de la Cour de cassation qui a déjà admis que l'employeur pouvait prévoir une tarification différente des titres-repas en fonction de l'éloignement du travail par rapport au domicile (Cass. Soc. 22 janvier 1992, n° 88-40.938). La position de la Cour de cassation est attendue avec grand intérêt.
le 19/10/2021

Articles du même auteur

L’employeur peut-il se dispenser de sa participation aux frais de transports en commun au motif que la Région Ile-de-France en assure le remboursement ?
Lors du remboursement qui avait été effectué à la suite des grèves de l’année dernière, le Ministère du Travail avait indiqué que l’obligation pour l’employeur de prendre en charge 50%...
[Lire la suite]
Publié le 25/05/2020
Santé
Le suivi médical des salariés
Publié le 18/05/2020
La crise sanitaire actuelle peut-elle permettre à l’employeur de rompre une période d’essai ?
Face aux conséquences de la crise sanitaire actuelle, de nombreux employeurs sont tentés d’alléger leurs effectifs en mettant fin aux périodes d’essai en cours.Pour autant, ni la pandémie,...
[Lire la suite]
Publié le 30/03/2020
Dialogue Social & Relations Collectives
L’employeur peut-il encore se dispenser de recueillir l’accord d’un salarié protégé pour le placer en activité partielle en cas d’individualisation ?
Revenant sur le principe selon lequel aucune modification de ses conditions de travail ne peut être imposée au salarié protégé, l’ordonnance n° 2020-346 du 27 mars 2020 portant mesures...
[Lire la suite]
Publié le 29/05/2020

Nos experts : Organisation & Bien-Être au travail

...
Justine GODEY
...
Juliette HALBOUT
...
Maylis HARAMBOURE
...
Elsa BENASSAIA
...
Katia LENERAND
...
Stephanie SERROR

Nos domaine d'Expertise

Dialogue social & relations collectives
Rémunération & Avantage sociaux
Santé

Organisation & bien-être au travail
Libertés & droits humains

Ethique & compliance