# Ethique & Compliance
Après le quiet quitting, place au loud quitting .

Tribune parue dans CAPITAL. 

Aujourd'hui, les salariés n’hésitent pas à pratiquer le loud quitting et à faire savoir à leurs supérieurs qu’ils sont insatisfaits... dans l’espoir d’améliorer leurs conditions de travail. Une tendance décryptée par notre chroniqueur Bertrand Merville, avocat spécialiste de la transition sociale et associé chez La Garanderie Avocats.

Après le quiet quitting, une nouvelle approche de la part des salariés semble se dessiner dans certaines entreprises : le loud quitting, tendance estivale dont le hashtag cumule plus de 1,4 million de vues sur TikTok. Cette tendance a d’ailleurs très largement été appliquée par les ministres en fonction et/ou souhaitant le rester lors du remaniement ministériel du 20 juillet dernier. Cette tendance fait émerger également la remise en cause du lien de subordination, élément essentiel de la définition du contrat de travail, entre le collaborateur et l’employeur.

Pour la Cour de cassation, le lien de subordination est traditionnellement "caractérisé par l’exécution d’un travail sous l’autorité d’un employeur qui a le pouvoir de donner des ordres, d’en contrôler l’exécution et de sanctionner les manquements" (cass. soc. 6 juillet 1931 ; arrêt Bardou). Cette notion centrale en adéquation avec l’exécution du travail, inventée au siècle dernier, peut désormais, et à bien des égards, paraître obsolète pour appréhender toute la variété des situations de travail actuelles. L’employeur doit faire face à cette transition sociale qui résulte des transformations du monde du travail et qui remet en cause son organisation interne. Enfin, à mesure que la technologie et les usages évoluent, se pose aussi la question de l’évolution du cadre de régulation.

Aujourd’hui, le salaire n’est plus le seul outil d’attractivité des salariés. Ces derniers sont de plus en plus regardants sur leur qualité de vie au travail, à un moment où ils sont en position de force sur le marché puisqu’ils savent que les opportunités d’emploi sont en leur faveur.

Le loud quitting consiste à dire haut et fort son insatisfaction

Pour rappel, le quiet quitting, ou démission silencieuse, consiste, comme son nom l’indique, à prévoir son départ au sein d’une entreprise tout en se désengageant doucement de son travail en faisant le strict minimum. Une telle démarche fonctionne si à terme le salarié démissionne en trouvant une nouvelle activité.

A contrario, certains salariés adoptent une nouvelle technique : le loud quitting, aussi appelé la démission bruyante, qui consiste simplement à exprimer son mécontentement et son insatisfaction au travail auprès de ses supérieurs hiérarchiques voire de ses collègues. L’idée ici est d’exprimer haut et fort que certaines conditions ne sont pas ou plus remplies pour être heureux et épanoui au travail afin d’être à 100% (management toxique, proposition d’engagement externe plus avantageuse…). Plus encore, cela revient à exprimer son intention de démissionner de façon claire et assumée au sein et à l’extérieur de l’entreprise. L’objectif : pousser son employeur à agir et à améliorer ses conditions de travail (hausse du salaire, du télétravail, des avantages…) sous peine de quitter l’entreprise.

Une pratique qui peut isoler le salarié

Est-ce une forme de chantage de la part des salariés ? Cela peut y ressembler. Une chose est sûre, il est sans doute préférable d’être joueur et déterminé pour entreprendre une telle démarche, parfois même astucieux pour tirer avantage de quelques jurisprudences très protectrices (harcèlement, discrimination, alerte…). De tels comportement peuvent aussi inciter l’employeur à repenser certaines façons de faire, à savoir si l’entreprise est capable de faire certaines avancées pour conserver des talents et jusqu’à quel point est-il possible de faire des compromis ?

Que cela soit le quiet quitting ou le loud quitting, ces conduites peuvent aussi mettre en risque quelques salariés, surtout s’ils n’ont pas l’intention de partir. Tel serait le cas d’un loud quitting, dénué de protection et d’arguments sérieux, qui pourrait alors permettre à l’employeur d’acter la déloyauté et mauvaise foi du salarié. Le loud quitting n’autorise en effet pas tout et vise d’abord à la revendication de droits, en qualité de travailleur et dans le respect de chacune des parties.

Dans le cadre du quiet quitting, le salarié s’expose en se créant une réputation de "tir au flanc" voire d’égocentrique. A contrario, dans le cadre du loud quitting, en s’opposant aux responsables et en engageant des actions qui peuvent directement perturber le fonctionnement de l’entreprise, les salariés peuvent également se retrouver isolés, par leur comportement, tant de la part des collègues que de l’entreprise. Dans les deux cas, ces attitudes peuvent dépasser les frontières de l’entreprise, auprès d’anciens collègues, clients ou fournisseurs qu’ils seront amenés à recroiser dans le cadre de leur carrière professionnelle.



Il est nécessaire de renouer le dialogue

Quelles solutions s’offrent aux employeurs pour surfer sur ces tendances et les appréhender du mieux possible ? Bien évidemment, il est nécessaire, à défaut d’être dans l’échange permanent, de commencer par renouer le dialogue avec l’employé, ces situations n’étant souvent que le fruit de non-dits, sources de malentendus. Il est également possible de miser sur la montée en compétences des salariés, en dehors du traditionnel entretien annuel. La qualité de vie et des avantages peu présents sur le marché du travail, comme la semaine de quatre jours ou du télétravail au forfait, peut aussi être examinée. Enfin, et ce n’est pas le plus mince des enjeux, il y a lieu aussi de leur permettre de grandir avec l’entreprise et de répondre à leur soif de liberté.

A la différence du quiet firing, soit la mise au placard d’un salarié par ses supérieurs, comportement juridiquement répréhensible en vertu de l’article L.6321-1 du code du travail, le quiet quitting et le loud quitting, notions plus récentes, ne sont pas aujourd’hui directement visées par la loi ou la jurisprudence, sauf à leur appliquer les principes juridiques habituels que sont la bonne foi et la loyauté.

Nul doute qu’avec l’arrivée sur le marché de la génération Z et l’évolution de la perception du travail, le quiet et le loud quitting devraient donner lieu à des décisions judiciaires précises et éclairantes, illustrant ainsi la réalité de la transition sociale.

le 07/08/2023

Articles du même auteur

Libertés & Droits Humains
Qu’est-ce qu’une décision définitive ? L’importance de signifier les arrêts d’appel au regard de l’arrêt du 20 mars 2019 (n°18-12.582)
En matière de décision de justice, l’article 675 du Code de procédure civile prévoit que « les jugements sont notifiés par voie de signification à moins que la loi n’en dispose...
[Lire la suite]
Publié le 04/04/2019
Organisation & Bien-Être au travail
Les critères d'ordre de licenciement : comment apprécier les qualités professionnelles des salariés en l'absence d'évaluation de ces derniers ?
Aux termes de l’article L. 1233-5 du Code du travail, l’employeur qui procède à un licenciement collectif pour motif économique en l’absence de convention ou d’accord collectif de travail...
[Lire la suite]
Publié le 31/07/2019
Libertés & Droits Humains
La présomption d'innocence, au cœur des préoccupations sociales du cabinet La Garanderie.
Le groupe de travail sur la présomption d'innocence, sous la présidence d1Elisabeth Guigou, a remis son rapport le 14 octobre au Garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti. « La justice...
[Lire la suite]
Publié le 28/10/2021
Quelle latitude a l’employeur pour modifier les congés des salariés dont l’activité peut être affectée par le virus ?
Les questions/réponses du Gouvernement dans sa version du 28 février dernier prévoit explicitement que l’employeur a la possibilité de modifier les dates de congés déjà posées des...
[Lire la suite]
Publié le 30/03/2020

Nos experts : Ethique & Compliance

...
Elsa BENASSAIA
...
Louis CRESSENT
...
Nadia PERLAUT
...
Bertrand MERVILLE
...
Dominique DE LA GARANDERIE
...
Katia LENERAND
...
Saskia HENNINGER

Nos domaine d'Expertise

Dialogue social & relations collectives
Rémunération & Avantage sociaux
Santé

Organisation & bien-être au travail
Libertés & droits humains

Ethique & compliance