Droit, Ethique et Performance, Ensemble conduisons la Transition sociale

L’augmentation du SMIC, une opportunité pour engager une négociation sur les salaires en entreprise ?

Rémunérations & Avantages Sociaux
Depuis le dimanche 1er mai, le Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance (SMIC) a augmenté de 2,65%

Il s’agit d’un augmentation dite « automatique » dans la mesure où, depuis le 1er janvier, l'indice des prix à la consommation a progressé d'au moins 2% par rapport à l'indice au 1er janvier. 

Du fait de cette augmentation, le SMIC mensuel s’établit, pour un temps plein, à 1.645,58 € bruts, soit 1.302,64 € nets (contre 1.269 € précédemment). 

Concernant le SMIC horaire brut, il passe de 10,57 € à 10,85 €. 

En raison de de cette seconde augmentation depuis le début de l’année (représentant 72 € nets de plus par mois), différents minima conventionnels se trouvent rattrapés voire dépassés. 

Or, le SMIC étant un élément d’ordre public absolu, les entreprises devront impérativement appliquer au moins ce montant pour les payes à compter de ce mois. 

De ce fait, il se peut que des salariés ayant des coefficients conventionnels différents et donc des rémunérations conventionnelles minimales différentes avant l’augmentation du SMIC se retrouvent avec un salaire identique à compter de ce mois. 

A titre d’exemple, dans la convention collective des fleuristes (plus qu’opportun avec la date du 1er mai), les minimas conventionnels en fonction de coefficients ont été réactualisés le 1er février dernier. L’impact de l’augmentation du SMIC est repris dans le tableau ci-dessous : 

Coeff.         Minima conventionnel au 1er février 2022        Inférieur au nouveau SMIC        Salaire à prendre en compte à compter du mois de mai 
110                                  1 625,96 €                                                   OUI                                                                1 645,00 € 
120                                 1 631,31 €                                                    OUI                                                                1 645,00 € 
130                                 1 636,66 €                                                    OUI                                                                1 645,00 € 
210                                 1 640,88 €                                                    OUI                                                                1 645,00 € 
220                                1 644,13 €                                                     OUI                                                                1 645,00 € 
230                                1 654,81 €                                                    NON                                                               1 654,81 € 
310                                 1 664,63 €                                                   NON                                                               1 664,63 € 
320                                 1 675,84 €                                                   NON                                                               1 675,84 € 
330                                 1 726,28 €                                                    NON                                                              1 726,28 € 

Il résulte donc que les coefficients 110 à 210 vont automatiquement se retrouver avec une rémunération identique, alors même qu’il existait près de 15 € d’écart antérieurement. 

Ainsi, un « employé libre-service débutant » (coeff. 110) devra percevoir la même rémunération qu’un « fleuriste qualifié » (coeff. 210). Plusieurs branches professionnelles semblent disposées à négocier de nouveaux minimas pour tenir compte de cette augmentation. 

Évidemment, les entreprises concernées par un tel effet de nivellement peuvent elles-mêmes prendre la main, notamment dans le cadre des négociations annuelles obligatoires, ne serait-ce que pour conserver une cohérence à leurs filières internes et traiter aussi la question de la pertinence d’une égalité de traitement qui vient à s’imposer à elles par un effet extérieur. 

Enfin, à la suite de cette nouvelle augmentation, le Secrétaire Général de la CGT, Philippe Martinez, plaide pour des « mesures contraignantes comme l'augmentation automatique des minimas de branche avec le SMIC ». 

Or, il convient de préciser qu’en l’état actuel de la jurisprudence, une éventuelle clause d’indexation des salaires sur le SMIC que ce soit par voie d’accord collectif, d’usage ou d’engagement unilatéral est frappée d’une nullité d’ordre public (Cass. Soc. 5 octobre 2017, n°15-20.390). 

Cet appel de Philippe Martinez entraînera-t-il une réforme du contrat du travail ou un revirement de jurisprudence visant à une telle indexation ? 

N’hésitez pas à suivre l’actualité sociale en vous abonnant à notre page LinkedIn.
le 06/05/2022

Articles du même auteur

Entretiens professionnels : Il reste moins de 4 mois pour les tenir
La crise sanitaire exceptionnelle de cette année 2020 et son lot de mesures de protection des salariés ne doit pas conduire à délaisser la formation professionnelle qui est un vecteur de...
[Lire la suite]
Publié le 11/09/2020
Organisation & Bien-Être au travail
Avez-vous téléchargé l'appli "Mon Compte Formation" ?
Annoncée par la loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel, l’application permettant un accès direct de chaque salarié à son compte personnel de formation a...
[Lire la suite]
Publié le 21/11/2019
Rémunérations & Avantages Sociaux
Un salarié sous contrat de droit français mais basé à l’étranger peut-il bénéficier du chômage partiel ?
L’article 2.3. de la circulaire n°2013-12 du 12 juillet 2013 qui détaille le dispositif de chômage partiel applicable avant la crise du coronavirus exclue expressément du dispositif « les...
[Lire la suite]
Publié le 20/04/2020
Faut-il organiser une visite de reprise pour les salariés qui bénéficiaient d’un arrêt maladie dérogatoire en raison du Covid-19 ?
La situation sanitaire a conduit le Gouvernement à créer de nouveaux cas d’arrêts de travail qui ne concernent pas, a priori, des personnes malades mais permettaient aux assurés d’être...
[Lire la suite]
Publié le 12/05/2020

Nos experts du pilier : Rémunérations & Avantages Sociaux

...
Guy ALFOSEA
...
Dominique DE LA GARANDERIE
...
Bertrand MERVILLE
...
Grégoire SILHOL
...
Stéphanie SERROR
...
Gwladys DA SILVA

Les 6 Piliers de la Transition sociale

Dialogue Social & Relations Collectives
Rémunérations & Avantages Sociaux
Santé

Organisation & Bien-Être au travail
Libertés & Droits Humains

Ethique & Compliance