# Libertés & Droits Humains
"Tracances" : ai-je le droit de mélanger télétravail et vacances ?
Tribune parue dans CAPITAL. 

En quelques années, sous l’effet du covid et des nombreux confinements, le télétravail s’est largement répandu dans les entreprises. Mais peut-il se mélanger aux vacances ? L'éclairage de notre chroniqueur Bertrand Merville, avocat spécialiste de la transition sociale et associé chez La Garanderie Avocats.

Quand le mot “tracances”, création hybride née de l’érosion des limites entre travail et vacances, revient dans le débat à l’occasion des congés estivaux, tentation de travailler au soleil et risques de voir la qualité du travail baisser cohabitent. Devant la prégnance du télétravail et les habitudes plus souples prises durant les dernières années au sein des entreprises, comment l’employeur peut-il encadrer le recours au télétravail pour éviter les abus et s’assurer que le temps de congés soit bien respecté pour l’entreprise comme le salarié ?

Un rappel tout d’abord : le télétravail comme il est aujourd’hui prévu par la loi n’est pas un droit mais bien un outil mis à disposition des entreprises. Dans ce cadre, le travail à distance n’est pas nécessairement obligatoire pour les employés et son cadre est défini en principe à travers un accord d’entreprise conclu entre les partenaires sociaux ou à travers une charte télétravail. Au sein de ces documents doivent notamment être explicités deux points majeurs : la durée autorisée et, point central dans le cas qui nous intéresse, les lieux depuis lesquels les salariés peuvent télétravailler.

Les limites au télétravail doivent être justifiées par l'employeur

Largement médiatisé en avril dernier, le cas du fonctionnaire belge licencié car télé travaillant depuis un avion en partance pour le Portugal est l’illustration de ce fait : le télétravail était bien autorisé mais celui-ci devait s’effectuer depuis le domicile du fonctionnaire. Il faut cependant noter que les limites apportées par l’employeur doivent être justifiées et notifiées expressément aux salariés. Il peut s’agir de problématique concernant la sécurisation des données et des réseaux utilisés ou de veiller à la capacité pour l’employé, en cas de besoin, de pouvoir rejoindre le lieu de travail dans un délai raisonnable.

L’employeur peut également, pour assurer la qualité du travail et la qualité des conditions de travail, demander à l’employé de justifier de certains points. Ainsi, la qualité du réseau et des autres équipements nécessaires, mais aussi la sécurité des infrastructures. Que le travail se fasse au bureau ou dans un lieu tiers, la responsabilité de l’entreprise en ce qui concerne la sécurité des salariés reste une obligation légale. L’article L. 1222-9 du Code du travail rappelle en effet que tout “accident survenu sur le lieu où est exercé le télétravail pendant l’exercice de l’activité professionnelle du télétravailleur est présumé être un accident de travail”.


Le télétravail sur un lieu de vacances est envisageable

Une fois ces précisions apportées et le document d’encadrement établi entre entreprise et employé, reste la question, épineuse, du contrôle du travail. En la matière, les recommandations de la CNIL s’appliquent de la même façon que durant le télétravail “normal”. Les dispositifs de contrôle ne peuvent être permanents (vidéo, partage d’écran, keyloggers etc.) et doivent être explicitement communiqués aux employés. Est plutôt recommandée la mise en place de compte rendu régulier du salarié, et le contrôle par objectif sur une période préalablement définie.


Que le télétravail soit effectué au domicile ou dans un lieu de villégiature, rappelons enfin que le congé annuel est juridiquement protégé tant il est un espace particulièrement important pour l’équilibre de l’employé et sa qualité de vie, au travail comme en dehors : Dès lors, autoriser le télétravail sur un lieu de vacances n’est pas en soi inenvisageable, ce qui est le cas lorsqu’un salarié entend travailler à proximité de sa famille qui serait, elle, en congé. En revanche, laisser télétravailler un salarié pendant ses congés constituerait un manquement de la part de l’employeur puisque c’est bien celui-ci qui est tenu de prendre les mesures nécessaires pour que le salarié bénéficie réellement de son droit à repos . Dès lors, télétravailler ou être en vacances, il faudra choisir. Pour l’employeur, tracances ne peut rimer en effet avec sa propre défaillance.
le 18/07/2023

Articles du même auteur

Les entreprises doivent-elles mettre à jour le DUER au regard du risque de Covid-19 ?
L’employeur est tenu, en vertu de l’obligation générale de sécurité qui lui incombe, d’évaluer les risques éventuels et de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la...
[Lire la suite]
Publié le 30/03/2020
La suspension des élections professionnelles dans le cadre de l'urgence sanitaire
Publié le 28/05/2020
Rémunérations & Avantages Sociaux
Les entreprises ne sollicitant pas les allocations de chômage partiel peuvent-elles néanmoins bénéficier des exonérations de charges sociales sur le salaire qu’elles maintiennent ?
De nombreuses entreprises, notamment dans le secteur du luxe, ont largement communiqué sur le fait qu’elles ne recourraient pas au dispositif de chômage partiel tout en maintenant la...
[Lire la suite]
Publié le 14/05/2020
Rémunérations & Avantages Sociaux
L’augmentation du SMIC, une opportunité pour engager une négociation sur les salaires en entreprise ?
Depuis le dimanche 1er mai, le Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance (SMIC) a augmenté de 2,65%. Il s’agit d’un augmentation dite « automatique » dans la mesure où, depuis le 1er...
[Lire la suite]
Publié le 06/05/2022

Nos experts : Libertés & Droits Humains

...
Dominique DE LA GARANDERIE
...
Saskia HENNINGER
...
Gwladys DA SILVA
...
Elsa BENASSAIA
...
Louis CRESSENT
...
Katia LENERAND

Nos domaine d'Expertise

Dialogue social & relations collectives
Rémunération & Avantage sociaux
Santé

Organisation & bien-être au travail
Libertés & droits humains

Ethique & compliance